En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que Google et ses partenaires utilisent des cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et pour nous permettre de mesurer l'audience, cliquez pour en savoir plus .


Court extrait de l’ ODS (ODS est l’acronyme du dictionnaire officiel du scrabble.)

• HACHURE n.f.
• HACHURER v. [cj. aimer].
Pluriel : HACHURES
Infinitif : HACHURER
Indicatif présent : QXH SchuhShop Sandales pour Femme Vert Vert Armée 38 EU LerpPiOnP
HACHURES Speedcross CSWP J Chaussures imperméables enfant Grape Juice / Evening Blue / Blue Bird 33 QYduAR
HACHUREZ HACHURENT
Indicatif imparfait : HACHURAIS HACHURAIT HACHURIONS HACHURIEZ HACHURAIENT
Indicatif futur simple : HACHURERAI HACHURERAS Eli Chaussure Rose en Vernis Réalisée de Façon Artisanale en Espagne Pour les Occasions de Cérémonie Fille Filles21 Eli Chaussure Rose en Vernis Fille Filles-21 Pour les Occasions de Cérémonie wXYKpfP
HACHURERONS HACHUREREZ Bocage Ballerines INDIANA Bocage soldes pqnOUVxj

Indicatif passé simple : HACHURAI HACHURAS HACHURA HACHURÂMES HACHURÂTES HACHURÈRENT
Subjonctif présent : HACHURE HACHURES HACHURIONS HACHURIEZ HACHURENT
Subjonctif imparfait : HACHURASSE Chaussures Casual homme F9VSr0On
HACHURÂT HACHURASSIONS HACHURASSIEZ HACHURASSENT
Conditionnel présent : HACHURERAIS HACHURERAIT HACHURERIONS HACHURERIEZ HACHURERAIENT
Impératif : HACHURE HACHURONS HACHUREZ
Participe présent : HACHURANT
Participe passé : HACHURÉ HACHURÉS HACHURÉE HACHURÉES

Court extrait du Wiktionnaire (Dictionnaire libre et gratuit que chacun peut améliorer.)

•  HGTYUDurant le printemps et lautomne 12cm lumière à tête ronde de Femmes Chaussures fixations oblongs et Ultra Haute grossier avec les femmes seules Chaussures Chaussures noir 37 STHrcrh
n. Action de hacher .

•  hachure n. (Dessin et Gravure) Chaussures Sexy fille RQZAXe
fins, parallèles ou croisé s les uns sur les autres par lesquels on forme les.

•  hachure n. (Cartographie) Traits par lesquels on marque l’ altitude des montagne s ou la ligne des côte s.

5 sous-mots (Mots se trouvant tels quels à l'intérieur du mot.)

CHU HA Chaussures Demonia Demon noires femme vdb6pVw69
RE URE

3 sous-mots DàG (Mots écrits de droite à gauche, se trouvant tels quels à l'intérieur du mot.)

AH CA RU

2 anagrammes (Nouveaux mots formés en changeant l'ordre des lettres du mot.)

HACHEUR HUCHERA

2 cousins (Nouveaux mots formés en changeant une lettre du mot.)

CXQSandales QINamp;X Womens Fish Mouth Stiletto HeelsVert40 8tZldLzb
Le Mot été Wedge SandalsVersion Coréenne Femme De Chaussures Occasionnelles Avec Des Semelles épaissesÉtudiants Plat SandalesB Longueur du pied233CM92Inch bj22GICd

Aucun lipogramme (Nouveau mot formé en enlevant une lettre d'un mot.)

Une épenthèse (Nouveau mot formé en insérant une lettre dans le mot.)

HACHUR E E

18 suffixes (Nouveaux mots formés en ajoutant une ou plusieurs lettres à la fin du mot.)

HACHURE E HACHURE R Richelieus Brako vieux rose 6SD5nby
P448 Sneakers amp; Tennis basses femme v4uJj
HACHURE ES HACHURE NT HACHURE RA HACHURE RAI HACHURE RAS HACHURE REZ HACHURE RAIS HACHURE RAIT HACHURE RENT Nike Air Force 1 Mid07 Lv8 804609601 dAc7l
HACHURE RONS HACHURE RONT HACHURE RIONS HACHURE RAIENT

Aucune fois au milieu (Nouveau mot formé en ajoutant une ou plusieurs lettres devant et à la fin d'un mot.)

Aucun préfixe (Nouveau mot formé en ajoutant une ou plusieurs lettres devant un mot.)

2 anagrammes avec la lettre E (Nouveaux mots formés avec toutes les lettres du mot et la lettre E.)

HACHURE E HEUCH E RA

Une anagramme avec le I

Sioux Cabaco Mocassins Homme Sioux Cabaco Mocassins Homme Marron Bordeaux 003 46 EU 46 EU Marron (Bordeaux 003) HqkGeo6

Une anagramme avec le R

HACHURE R

3 anagrammes avec le S

HACHEUR S HACHURE S HUCHERA S

Une anagramme avec le T

P448 Sneakers amp; Tennis basses homme iCa9gn

Une anagramme avec le Z

HACHURE Z

Une anagramme moins la lettre A (Nouveau mot formé avec les lettres du mot moins la lettre A.)

HUCHER

Une anagramme moins H

RAUCHE

2 anagrammes moins U

HACHER HERCHA

Pointage au scrabble

15 points.

Probabilité au scrabble (Probabilité de piocher 7 lettres (au début de la partie) permettant de construire le mot.)

Joker permis, 1 chance sur 115729.

Joker interdit, 1 chance sur 1899892.

Autres langues

Valide : anglais

Invalide : espagnol italien


Mot précédent   |  Nike Free 50 GS Laufschuhe hyper pinkmetallic silvergame royaldeep purple 36 WHdt0CLQ
  |    |  Chercher des mots

(*) Cliquer ou appuyer les mots en majuscules.

Vous aimez le scrabble, visitez nos sites web :

Airstep / AS98 Sandales RAMOS Airstep / AS98 soldes MYEjyYbj

SKU-7308-vqt963
Airstep / A.S.98 Sandales RAMOS Airstep / A.S.98 soldes MYEjyYbj
Airstep / A.S.98 Sandales RAMOS Airstep / A.S.98 soldes

Ce site utilise des cookies informatiques, cliquez pour en savoir plus .
© Ortograf Inc. Site web mis à jour le 26 septembre 2017. Informations & Contacts

TRIPADVISOR

Certificat d'excellence VISITER NOTRE PAGE

AU COCHON VENTRU

Tél.: 03 85 78 17 66 2, rue Foch, 71200, Le Creusot

AU COCHON VENTRU

Tél.: 03 85 52 87 09 71190, Saint-Didier-Sur-Arroux
© Copyright Oxawebshop 2016

Airstep / AS98 Sandales RAMOS Airstep / AS98 soldes MYEjyYbj

SKU-7308-vqt963
Airstep / A.S.98 Sandales RAMOS Airstep / A.S.98 soldes MYEjyYbj
Airstep / A.S.98 Sandales RAMOS Airstep / A.S.98 soldes
Le solde de votre compte est créditeur
Le crédit est automatiquement déduit lors du paiement
Les Newsletters Interstices
Publié le :
Par: Jean-Gabriel Ganascia
Niveau 2 : Intermédiaire
Histoire du numérique
Algorithmes
Calcul Théorie Turing
Peut-on tout calculer? Toute propriété mathématique est-elle décidable? Ces questions ont passionné les mathématiciens bien avant les premiers ordinateurs. À l'âge de 24 ans, le britannique Alan Mathison Turing, mathématicien génial, entre autres, imagine un concept de machine théorique. Il établira une correspondance entre les notions de calculable et de programmable sur cette machine imaginaire, ainsi qu'avec celle de décidabilité.

Les lexicologues nous l’enseignent, le mot «calcul» vient de calculus qui signifie caillou en latin. Pour se convaincre de la pertinence de cette dérivation, il suffit d’évoquer le décompte des nombres à l’aide de petits jetons: le calcul numérique tel que nous le connaissons aujourd’hui a été primitivement une manipulation d’objets matériels selon des règles bien définies. Qu’il se soit ensuite étendu à un décompte mental, avec ou sans support matériel, ou à des programmes informatiques exécutés automatiquement, sans présence humaine, le calcul n’en procède pas moins d’une combinaison réglée de symboles qui peuvent éventuellement être remplacés par des objets du monde matériel comme des cailloux. Nous avons tous l’intuition que de nombreuses fonctions mathématiques sont totalement réductibles à de telles manipulations.

1. De Church à Turing

Calcul et calculabilité

Ainsi, toute multiplication de nombres entiers peut être réduite à des additions successives. De même toute division se ramène à des additions et des soustractions. Quant aux additions et soustractions, elles se convertissent aisément en manipulations de symboles ou de cailloux. En revanche, nous avons l’impression que d’autres fonctions définies formellement semblent difficiles, voire impossibles à «caillouter». Autrement dit, à décrire uniquement en termes de déplacements de cailloux.

Jusqu’où de telles manipulations peuvent-elles aller? Quel est l’ensemble des fonctions f, exprimables en termes mathématiques, pour lesquelles il existe une succession de manipulations de symboles déterminant sans ambiguïté l’image de n’importe quelle valeur x par f? C’est-à-dire un calcul de la valeur y telle que y= f(x)? Autrement dit, quelle est la classe des fonctions calculables? Telle est la question qu’aborde la calculabilité.

La thèse de Church

Pour y parvenir, des mathématiciens ont tenté, dans les années 1930, de donner une caractérisation mathématique du calcul qui réponde à l’intuition imprécise et vague que nous en avons, ce qui correspond à peu près à la notion de « cailloutage » décrite plus haut. Entre 1932 et 1936, Alonso Church et Stephen Kleene ont identifié, à l’aide de deux approches différentes, une classe de fonctions arithmétiques qui semblait posséder les propriétés intuitives des fonctions calculables. C’est ce qui a conduit Church à énoncer une conjecture appelée depuis «Thèse de Church», selon laquelle la classe de fonctions qu’ils avaient identifiée recouvrait exactement la classe des fonctions calculables au sens intuitif.

L’idée de Turing

Indépendamment, en 1937, Alan Turing a circonscrit, à l’aide du concept de machine de Turing, une autre classe de fonctions répondant elles aussi à l’intuition que l’on se fait des fonctions calculables. Simplification extrême des machines possibles, qu’elles soient réelles, futures, ou simplement concevables, ces machines ressemblent, à s’y méprendre, à des machines à écrire à ruban dont on aurait supprimé le clavier.

Plus précisément, elles se composent toutes d’un ruban infiniment long divisé en petites cases, sur lesquelles sont imprimés des idéogrammes puisés dans une réserve finie donnée par avance.

Une petite fenêtre découvre l’une des cases de ce ruban à une tête de lecture, de sorte que la machine soit en mesure d’identifier l’idéogramme qui y est inscrit, de le gommer ou d’en imprimer un autre qui efface le premier. Le ruban peut se mouvoir vers la gauche ou vers la droite, de façon à placer l’une quelconque des cases qu’il contient sous la fenêtre.

La machine de Turing et ses états internes

Outre son ruban, les moteurs qui le déplacent, la petite fenêtre de lecture, d’effacement et d’impression, une machine de Turing possède ce que l’on désigne ici comme des « états internes », que je m’amuse à comparer à ce que les hommes appellent leurs «états d’âme». Ceux-ci conditionnent les réactions de la machine qui peut être «enjouée», et sauter gaiement d’une case à une autre du ruban, ou être «dépressive» et tout effacer sur son passage, ou encore être «mélancolique» et revenir indéfiniment sur son passé.

Cependant, à la différence des hommes, chez qui les subtiles complexions de l’âme sont en nombre infini, les machines de Turing admettent un nombre fini d’états internes. Chacun conditionne de façon totalement déterministe les réactions de la machine aux nouveaux événements lus sur le ruban.

Enfin, une «table», ou ce qu’en termes modernes nous appellerions aujourd’hui un «programme», décrit, pour chaque état interne, l’action exacte que la machine doit exécuter. Les actions possibles : «déplacement» du ruban vers la gauche ou vers la droite, «lecture, effacement ou impression» d’un idéogramme sur la case du ruban qui se trouve juste sous la fenêtre, et enfin, «arrêt définitif», ainsi que l’état interne qui s’ensuivra.

Calculabilité au sens de Turing

Revenons maintenant aux fonctions calculables : Turing montra, en 1937, que la classe des fonctions calculables, au sens de Church, était équivalente à la classe des fonctions programmables sur les machines imaginaires qu’il avait conçues. En son hommage, ces dernières sont connues depuis sous le nom de machines de Turing.

La notion de fonction calculable au sens de Turing suggère fortement l’existence d’une procédure de calcul, puisqu’elle assimile ces fonctions à celles qui sont exécutables sur une machine de Turing. Certes, les machines de Turing sont d’une complexion étrange et bien abstraite, qui fait fi des limitations de temps et d’espace, ce qui interdit toute réalisation physique de l’une d’entre elles. Mais à chaque instant, leur fonctionnement fait appel à un nombre fini de règles de calcul parfaitement définies et intelligibles, que nous pourrions nous-même exécuter sans difficulté. Les fonctions calculables au sens de Turing sont donc toutes calculables au sens intuitif.

Des fonctions non-calculables

Il existe donc aussi des fonctions qui ne sont pas calculables par un moyen purement automatique. On peut se demander s’il s’agit de fonctions «pathologiques», des monstres qui ne servent à personne, ou bien s’il y a des fonctions utiles qui ne sont pas calculables. Il y en a ; en fait beaucoup de fonctions utiles ne sont pas calculables. On peut en citer deux qui sont utiles et qui sont simples à décrire : vérifier qu’un programme s’arrête quelles que que soient ses entrées; prouver qu’une formule logique est un théorème.

Certains programmes entrent parfois dans des boucles de calcul dont ils ne peuvent plus sortir. C’est la hantise des étudiants en programmation, et c’est aussi une belle bourde pour un programmeur. Imaginons la fonction qui analyse le texte d’un programme quelconque et détermine si ce programme s’arrête pour toutes les entrées possibles. Elle résout un problème crucial, mais elle n’est pas calculable purement automatiquement pour tous les programmes.

L’autre fonction concerne la logique. Formaliser un problème à l’aide de formules logiques (quel que soit, il existe, implique, et, ou, non…) est censé aider à le résoudre, mais cela conduit invariablement à tenter de démontrer des théorèmes. Il serait vraiment très commode qu’une fonction qui prend une formule en paramètre et détermine si elle est un théorème soit calculable. Cependant, ce n’est pas le cas, et beaucoup d’autres fonctions qui sont très utiles

|

2. Décidabilité et machines de Turing

Décidabilité

Une propriété mathématique est dite décidable s’il existe un procédé mécanique qui détermine, au bout d’un temps fini, si elle est vraie ou fausse dans n’importe quel contexte possible. Selon cette définition, la propriété «être divisible par» s’avère décidable pour tous les couples d’entiers. On connaît en effet un algorithme, c’est-à-dire une suite finie et non ambiguë d’opérations élémentaires, qui, étant donnés deux nombres entiers A et B quelconques, dise si A est ou n’est pas divisible par B.

Les propriétés qui s’expriment en langage mathématique, sont-elles toutes décidables? Autrement dit, est-il possible de construire, pour toute propriété mathématique explicitement définie, une procédure qui nous indiquerait, au bout d’un temps fini, si cette propriété est ou n’est pas vraie? Telle est la question posée depuis la fin du XIX siècle par quelques mathématiciens, dont le très fameux David Hilbert en 1928, et identifiée sous le nom de «problème de la décision». Les «systèmes formels» qui traduisent, en termes mathématiques, les notions intuitives de preuve, de démonstration et de théorème, conduisent naturellement à poser cette question. En effet, si la réponse devait être affirmative, toutes les propriétés mathématiques valides seraient des théorèmes dérivables mécaniquement de quelques axiomes dans un système formel.

Existence de propriétés indécidables

En 1931, Kurt Gödel mit un terme à cette interrogation en montrant qu’il existe des propriétés mathématiques indécidables dans tous les systèmes d’axiomes définis pour formaliser l’arithmétique.

Quelques années plus tard, en 1937, cette question reçut grâce à Alan Turing une nouvelle formulation. Celle-ci était à la fois plus claire, plus concrète, du moins pour les informaticiens d’aujourd’hui, et ses implications pratiques sont plus actuelles. Selon Turing, résoudre le problème de la décision est équivalent à pronostiquer la terminaison de l’exécution d’un programme informatique sur une machine de Turing. Turing a démontré qu’il n’est pas possible de concevoir un algorithme qui, étant donné un programme quelconque, nous avertisse avec certitude et au bout d’un temps fini si ce programme doit éventuellement «tourner en rond» et s’exécuter indéfiniment, sans trouver jamais la sortie.

L’une des conséquences pratiques les plus essentielles pour les informaticiens, c’est qu’on ne saurait construire un programme général capable de prouver la terminaison de n’importe quel programme.

Décidabilité et calculabilité

Notons que la notion de décidabilité doit être rapprochée de celle de calculabilité, ce qui explique l’emploi des machines de Turing pour apporter une réponse au problème de la décision. En effet, à toute propriété mathématique, il est toujours possible d’associer une fonction numérique. Réciproquement, à toute fonction numérique, on peut associer une propriété mathématique. Pour s’en convaincre, il suffit de remarquer qu’une propriété mathématique P(a) est une fonction vers un ensemble à deux valeurs, {vrai, faux} ou, ce qui est équivalent, {0, 1}. De façon symétrique, à toute fonction y=f(x), on peut associer une propriété P(x, y) vraie si y=f(x) et fausse sinon.

En conséquence, le problème de la décision, c’est-à-dire la recherche d’une procédure qui indique dans chaque contexte, et au bout d’un temps fini, si une propriété est vraie ou fausse, est équivalent à la construction d’un algorithme qui calcule pour chaque fonction f et pour chaque argument x de f, la valeur y telle que y=f(x). Autrement dit, le problème de la décision est équivalent au problème du calcul.

Newsletter

Recevez chaque mois une sélection d'articles

Niveau de lecture

Aidez-nous à évaluer le niveau de lecture de ce document.

Votre choix a été pris en compte. Merci d'avoir estimé le niveau de ce document !

Jean-Gabriel Ganascia

Accueil Guide du licenciement Rupture de contrat Médecine du travail Harcèlement moral
Droits du travail

Accueil Formes de rupture du contrat de travail La démission

La démission se traduit par la rupture volontaire du contrat de travail à durée indéterminée à l’initiative du salarié. Cette décision doit lui venir de plein gré, sans aucune pression de la part de son employeur, et dans un climat reflétant sa pleine présence d’esprit. Les conditions et procédures liées à cet acte font qu’il se distingue de plusieurs autres situations connexes.

Sommaire : Définition Procédure Situations de requalifications Influences de l’employeur Absence injustifiée Volonté équivoque Préavis Conséquences Droits au chômage Rupture abusive

Sommaire :

Définition

Le Code du travail catégorise la démission dans les sections qui relatent les modes de rupture de contrat émanant de l’employé. La jurisprudence de son côté a donné cette définition: « C’est est un acte unilatéral par lequel le salarié manifeste de façon claire et non équivoque sa volonté de mettre fin au contrat de travail » . En principe, ce terme n’est utilisé que pour le départ volontaire d’un employé dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée. C’est pourquoi pour un contrat à durée déterminée, on parlera plutôt de «rupture anticipée» ( Article L1243-1 à L1243-4 du Code du travail ).

Toutes les autres tentatives de définition reprennent quasiment les mêmes conditions énoncées par la jurisprudence avec les critères suivants:

Ainsi, toute autre situation connexe, qui omet ou modifie l’une de ces conditions, conduit à la requalification de la démission.

Un salarié peut démissionner à tout moment sans devoir justifier sa décision. Le Code du travail ne lui impose par ailleurs aucune formalité particulière, car il peut l’effectuer à l’oral comme à l’écrit. Il est toutefois conseillé de manifester cette décision par une lettre recommandée avec accusé de réception, ne serait-ce que pour définir la date de rupture du contrat et celle du début du préavis. Cela permet également d’exclure toute ambiguïté vis-à-vis de l’intention de démissionner. Il se peut aussi que la convention collective qui régit l’entreprise exige la rédaction d’une lettre.

Dans la pratique, l’acceptation définitive de la démission dépend en grande partie des conditions de fond liées aux circonstances auxquelles la décision a été prise.

TRIPADVISOR

Certificat d'excellence VISITER NOTRE PAGE

AU COCHON VENTRU

Tél.: 03 85 78 17 66 2, rue Foch, 71200, Le Creusot

AU COCHON VENTRU

Tél.: 03 85 52 87 09 71190, Saint-Didier-Sur-Arroux
© Copyright Oxawebshop 2016